Les missions

La mission première de l’Institution Serenne est d’assurer la protection et la sécurité de l’usager. Cette mission se décline par :

  • L’accueil
  • L’observation
  • L’accompagnement éducatif
  • Le soutien scolaire
  • Les suivis médicaux
  • L’apport psychologique

 

Les personnels éducatifs ont pour mission d’amener chaque jeune au travers de la vie quotidienne, du suivi scolaire, des soins, des entretiens et des activités à acquérir et assumer une autonomie, à comprendre et respecter les règles de vie, ceci afin de lui permettre d’avancer peu à peu dans sa construction et son intégration dans la vie active

 

Public accueilli

Avec une capacité d’accueil de 70 lits, l’Institution Serenne accueille des enfants de 4 à 18 ans, répartis en 5 unités de vie.

 

Cette capacité d’accueil permet, entre autre, l’admission de fratries au sein de l’établissement. Des actions éducatives (sorties, repas..) sont en ce sens mises en place afin de permettre aux enfants issus d’une même fratrie de se retrouver dans un environnement structuré et rassurant.

 

Les arrivées d’usagers sont préparées afin que chacun puisse intégrer une unité de vie adaptée à son âge et sa problématique.

 

L’orientation vers une MECS, telle que l’Institution Serenne, sous-tend que la situation familiale de l’enfant nécessite qu’il soit à distance de son milieu ordinaire.

 

Si la protection de l’enfance représente la singularité du motif de placement, les usagers peuvent par ailleurs présenter une multiplicité de profils et problématiques en lien avec leur parcours personnel et familial.

 

’orientation et l’accompagnement éducatif est ainsi pensé et adapté pour des enfants pouvant présenter des problématiques telles que : 

 

-       Des troubles du lien et de l’attachement

-       Des carences affectives et/ou éducatives

-       Des troubles de la conduite et du comportement

-       Des déficits cognitifs

-       Des troubles alimentaires

-       Des conduites à risques (usages de stupéfiants, fugues, conduites sexualisées)

-       Des constructions psychiques d’enfants abandonniques ou parentifiés

-       Des conduites de primo-délinquance

-       Des conduites d’automutilation

-       Des difficultés administratives en lien avec un statut particulier sur le sol français